Actualité

1 2 3 4 5 0 vote

Prévoir l’évolution

04/05/2012

Comment faire évoluer, ou changer, l’activité de son entreprise ?

Cette stratégie, qu’elle soit inévitable pour répondre à l’évolution de son marché ou provoquée pour l’anticiper, peut être appréhendée avec l’aide de la CCI Bayonne Pays Basque. Un exemple avec Olaberria, entreprise d’Ustaritz qui a choisi d’innover face à la crise.

Créé en 1980 par M. Bernard Castorene,  la société Olaberria est, depuis 1984, une société coopérative (SCOP) employant aujourd’hui 16 personnes. Spécialisée, au début,  dans la mécanique de précision, cette entreprise d’Ustaritz est un bel exemple d’évolution d’activité.  Après sa création, Olaberria développe son savoir-faire sur les outillages de découpe et les moules pour l'injection des thermoplastiques. Dans les années 80, elle compte les entreprises locales Baby-Relax, SEB, Legrand et Sony parmi ses clients.

Au début des années 90, Olaberria se spécialise uniquement dans les moules d'injection thermoplastiques. L’entreprise se renforce d’un bureau d’études, s’équipe en logiciel de conception et fabrication assistés par ordinateur (CFAO) et investit dans une presse à injecter pour réaliser les essais et éventuellement des préséries. Résultat : Olaberria gagne des marchés et étend son activité Olaberria se développe également à l’export. Au milieu des années 90, elle est même classée parmi les toutes premières PMI exportatrices d’Aquitaine dans son domaine. Les difficultés surviennent alors avec le développement d’une concurrence internationale à bas coûts qui propose le même type de moules mais Olaberria poursuit son développement. L’entreprise d’Ustaritz mise sur le marché espagnol -en particulier sur le secteur automobile-  et y réalise la moitié de son chiffre d’affaires en produisant par exemple des moules pour calandres de radiateur Honda et Nissan.

Mais le marché automobile devient de plus en plus difficile et Olaberria se diversifie alors dans le domaine médical et de l’emballage ainsi que sur le secteur des outils à main, gros consommateur de surmoulage.  La crise financière de 2008 fait chuter de 25% l’activité d’Olaberria sur l’année 2009 et le marché espagnol d’Olaberria se réduit fortement.

Pour pérenniser son activité, l’entreprise se place alors sous procédure de sauvegarde (à ne pas confonde avec un redressement judiciaire) qui lui permet de se réorganiser. C’est là que la direction de l’entreprise décide de faire évoluer l’activité de son entreprise : « nous nous sommes appuyés sur notre expérience du thermoplastique pour nous lancer dans la fabrication de moules pour  l’injection des  LSR (Liquid Silicone Rubbers). Nous y réfléchissions avec Rabourdin industries  un fournisseur d’éléments  standards industriels. Finalement,  un client de Bilbao, équipementier automobile spécialisé dans la transformation des élastomeres, s’intéressait aussi  au LSR et nous a définitivemnt  motivé. » Le silicone remplace avantageusement le caoutchouc naturel, notamment dans le domaine médical, et c’est une famille de produits en plein développement.

En 2010, après une phase d’études et de réflexion menés entre ces trois partenaires industriels, Olaberria a décidé de développer une nouvelle activité complementaire et pour cela d’embaucher Mikel Curutcharry,  un jeune  ingénieur, pour renforcer l’équipe  et d’investir  300 000 euros en matériel et en formation (sur plusieurs années). Les premiers résultats sont encourageants et l’entreprise espère réaliser, dès cette année,  prés de 10% de son activité dans le domaine du LSR.

« Nous aurions dû faire ce travail de diversification il y a dix ans et nous aurions alors, certainement, moins souffert de la recession en 2009 » analyse Bernard Castorene. Son entreprise a bénéficié de l’accompagnement d‘organismes comme l’union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM) mais aussi de l’excellente équipe de la CCI Bayonne Pays Basque.  « Ils connaissent bien le monde de l’entreprise »  apprécie M. Castorene à propos de ses interlocuteurs de la CCI.  Il a tout particulièrement apprécié la mise en relation par Bihartean avec d’autres entreprises car « l’industrie est un tissu d’entreprises interconnecteés et la constitution d’une filière transfrontalière est plausible et souhaitable». Reste maintenant développer, petit à petit,  l’idée de l’acquisition de  ce savoir-faire à d’autres entreprises du Pays Basque.

Popup
Soluccio