Maintien dans l'emploi de personnes fragilisées par une maladie chronique évolutive (MCE)

Concernant 20 % de la population, les Maladies Chroniques Evolutives (MCE) recouvrent des pathologies très diverses : cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires, addictions, polyarthrite rhumatoïde, dépression, maladies psychiques, sida... Elles se caractérisent par un état pathologique comportant au moins 1 des 3 éléments suivants :

  • limitation fonctionnelle des activités ou de la participation sociale,
  • dépendance vis-à-vis d’un médicament, d’un régime ou d’une assistance,
  • nécessité de s’inscrire dans un parcours de soin. 

Les MCE retentissent systématiquement sur les dimensions sociale, psychologique et économique du malade et de l’entreprise.

Cette action collective vise à prévenir le processus d’exclusion des salariés atteints par ces problématiques et à mieux gérer les situations au travail en tenant compte de l’enjeu de performance durable de l’entreprise. 

L’objectif du projet est de positionner cette problématique à un niveau stratégique et de développer des actions, combinant à la fois des approches individuelles et collectives.

Les bénéfices attendus sont de plusieurs ordres :

  • Pour les entreprises : une amélioration des conditions de travail, une stabilité des équipes, une sauvegarde des compétences au sein de la structure, une réduction des coûts liés à l’absentéisme.
  • Pour l’activité économique : dispositif répondant à l’allongement de la vie professionnelle et au nombre croissant de personnes touchées, des outils de négociations collectives sur ces questions.

Face à ces enjeux, il est possible par une meilleure connaissance et une anticipation, de prendre en compte les effets invisibles de la pathologie sur le travail, la personne et le collectif de travail, mais aussi de rechercher les solutions d’aménagement ou de circuits d’informations sur les questions de « la maladie AU travail ».  

Sur le plan opérationnel, à partir de février 2019, un groupe de 9 entreprises du tourisme basque bénéficieront d’un accompagnement par des consultants spécialisés. La synthèse des observations, bonnes pratiques, et informations recueillies permettra une capitalisation et un transfert de solutions et d’outils au reste du secteur touristique. 

Cette action est aidée par le FACT (Fonds pour l’amélioration des conditions de travail) et soutenue sur le plan technique par l’ARACT Nouvelle-Aquitaine (Agence régionale d’amélioration des conditions de travail).

GOazen est chef de projet et anime un comité de pilotage composé des services de la DIRECCTE, de l’AGEFIPH, de Cap Emploi, du Conseil Régional et du Conseil Départemental.

Le groupe d’entreprise est composé de 2 hôtels, 3 restaurants, 2 campings, 1 thalassothérapie et d’un prestataire de transport touristique.

Point d'étape du projet à septembre 2019

Vidéo de témoignage des participants :

Popup
Soluccio