Actualité

1 2 3 4 5 0 vote

Port de Bayonne : de nouveaux projets et le dynamisme du trafic des quais publics incitent à l'optimisme, malgré une année 2013 difficile

22/01/2014

Le trafic du port de Bayonne pour l’année 2013 s’établit à 2 620 518 tonnes, en recul de 19,86 % par rapport à l’année 2012.

 

Ce recul trouve ses raisons d’une part dans la poursuite de la baisse prévue de certains trafics tels que le soufre liquide qui a cessé d’être exporté à travers le port de Bayonne en fin 2013 après l’arrêt de l’extraction du gaz de Lacq, le pétrole brut dont le gisement de Lacq se tarit et les exportations du pin des Landes générées par la tempête de 2009 et dont les volumes diminuent progressivement. Par ailleurs, certains industriels ont subi de plein fouet les effets de la crise, dont l’aciérie CELSA, premier acteur du port de Bayonne, qui, en plus de la crise, a subi un sinistre important, ce qui a eu pour conséquence un fort recul de son activité en 2013.

 

Mais, c’est aussi le résultat de deux phénomènes cumulés :

 

La disparition de deux acteurs industriels locaux majeurs fortement utilisateurs du port (Raffineries du Midi et Célanèse) qui ont fait perdre 1 million de tonnes au port entre 2007 et 2009, cette perte ayant été artificiellement masquée par l’arrivée du bois tempête pendant plusieurs années,

 

La difficulté d’implanter de nouveaux acteurs industriels sur le port. Ainsi, nos efforts commerciaux pour attirer 2 nouveaux projets importants qui nous auraient permis de récupérer le million de tonnes perdu ont-ils été vains suite au refus des collectivités locales d’accueillir ces activités.

 

Cependant, nous restons optimistes pour l’avenir de ce port pour les raisons suivantes :

 

2013 a été l’année de la gestation de nombreux projets commerciaux et structurants sur le port qui vont améliorer le service aux clients et la compétitivité du port mais aussi ouvrir le port à de nombreux et nouveaux clients. Il en est ainsi des dossiers de la nouvelle drague du port de Bayonne, de l’étude de l’OFP reliant le port à l’ensemble de son hinterland, et de la future ligne régulière. Enfin, l’implantation du laminoir Beltrame devrait se terminer cette année et permettre de voir transiter par le port le Bayonne les premières brames d’acier en fin d’année 2014.

 

Le trafic manutentionné par l’outillage public voit transiter depuis 2008, hors effet du bois tempête, un flux de marchandises de plus en plus important. Ainsi, de 537 000 tonnes en 2008, ce trafic des quais publics est passé à 721 000 tonnes en 2012 puis 755 000 tonnes en 2013, soit une augmentation de 40% en valeur absolue et un pourcentage du trafic total passé de 14% à 29% ! Cela signifie que, même si les industriels implantés sur le port traversent une passe difficile, le port de Bayonne reste compétitif et attire de nombreux nouveaux trafics, mais avec de plus faibles tonnages. Cela permet donc d’entrevoir l’avenir avec espoir, une fois que les entreprises majeures implantées sur le port repartiront de l’avant. Enfin, des signes de reprise sont annoncés avec de nouveaux contrats et trafics annoncés, même s’il faudra attendre 2015 pour en voir le plein effet.

 

 

 

TRAFIC MARITIME ANNEE 2013

       

Produit

Tonnage cumulé
2012

Tonnage cumulé
2013

Evolution
en %

Maïs

279 205

322 111

15,37

Pétrole brut

141 777

111 505

-21,35

Hydroc.raffin.

71 380

65 389

-8,39

Dérivés NE pétrole

26 659

52 146

95,60

Ferrailles

674 705

372 491

-44,79

Billettes

881 845

628 074

-28,78

Soufre

169 960

127 642

-24,90

Produits Chimiques

146 251

111 755

-23,59

Engrais

525 399

506 947

-3,51

Grumes exotiques

7 013

11 616

65,62

Bois aggloméré

11 874

16 888

42,22

Plaquettes bois

31 721

10 230

-67,75

Ecorces bois

21 970

35 807

62,98

Autres bois

0

1 781

#DIV/0!

Bois tempête

110 780

57 288

-48,29

Divers agroalimentaire

30 377

48 089

58,31

Autres vracs solides

135 852

135 880

0,02

Divers

1 850

4 879

163,81

March. Conteneurs

1 426

   

TOTAL CUMULE

3 270 045

2 620 518

-19,86

 

 

 

Commentaires :

 

Maïs : Les sorties de maïs sont en progression (+ 15,37%) principalement sur les six premiers mois de l’année 2013 avec des destinations privilégiées vers les Pays Bas (Sasventgent, Zaandam) et l’Irlande (Waterford).

 

A noter un navire de 10 000 tonnes chargé fin mai 2013 vers les USA, pourtant gros producteur.

 

 

 

Pétrole brut : Les sorties de pétrole brut sont en recul année après année suite à l’épuisement du gisement de Lacq.

 

Des prévisions de reprise de ces exportations sont cependant attendues en 2014 avec l’arrivée d’un nouvel opérateur. A noter que le volume annuel maximum des exportations de ce produit a été atteint en 1985 avec 666 513 tonnes.

 

 

 

Hydrocarbures raffinés : La distribution d’essence, gazole et fuel domestique dans notre hinterland se faisait, jusqu’en 2008, par l’intermédiaire du centre de stockage de la Raffinerie du Midi approvisionnée en hydrocarbures par voie maritime depuis la raffinerie de Donges. L’arrêt d’activité du site de la Raffinerie du Midi à Boucau a privé le port de plus de 400 000 tonnes de trafic annuel. Le port n’a ainsi reçu que 65 389 tonnes de produits raffinés en 2013, encore en recul de 8,39% par rapport à 2012.

 

 

 

Dérivés non énergétiques du pétrole : Ces produits correspondent au bitume importé à travers les bacs de stockage de la société LBC sur Tarnos. Un nouveau client capté par cette société a permis de doubler les importations (+95,60 %) pour atteindre 52 146 tonnes en 2013 contre 26 659 tonnes en 2012.

 

 

 

Ferrailles et billettes : Installée sur les quais du port de Bayonne depuis 1995, l’Aciérie CELSA génère près de 40% du trafic total du port de Bayonne (38,18 % en 2013). Durement touchée par la crise, l’aciérie a pourtant résisté ces dernières années en maintenant une production élevée ces dernières années. Elle accuse cependant un repli important de son activité en 2013 (-35,72%), aggravé par un incident technique qui a paralysé sa production pendant 6 semaines autour du mois d’avril dernier. Son activité cumulée ferrailles et billettes a représenté en 2013 un volume de 1 000 565 tonnes contre 1 556 550 tonnes en 2012, soit un recul de 35,8 %.

 

 

 

Soufre : Produit historique sur le port de Bayonne depuis la découverte, en 1951, du gisement de gaz duquel était extrait le soufre, ce produit a régulièrement décliné ces dernières années avec l’épuisement du gisement gazier. La fermeture du site d’extraction de gaz à fin 2013 a marqué la fin des exportations de soufre à travers le port de Bayonne. Cependant, la société Sobegi poursuit l’exploitation du site soufrier de Blancpignon en important, par voie maritime, du soufre solide qui est fondu sur ce site grâce à la mise en service d’un fondoir courant 2013.

 

Le soufre liquide sera ensuite expédié vers les clients de Sobegi par camion, voie ferrée ou navire. Le volume de trafic maritime attendu est de 100 000 tonnes par an environ en pleine production.

 

 

 

Produits chimiques : Avec la fermeture du site de Célanèse sur le bassin de Lacq en 2009 le port de Bayonne a perdu environ 400 000 tonnes de produits chimiques en import et export (méthanol, acétate de vinyle monomère, acide acétique). Le site de stockage LBC, situé sur Tarnos, perd encore cette année plus de 23,59 % de son trafic de produits chimiques à 111 755 tonnes contre 146 251 tonnes en 2012. Mais les contacts commerciaux engagés par l’entreprise et qui ont commencé à porter leurs fruits pour le bitume pourraient amener à court terme de nouveaux trafics.

 

Engrais : bonne année 2013 pour ces produits qui enregistrent cependant un léger tassement de -3,51 % à fin 2013 par rapport à 2012 (506 947 T / 525 399 T).

 

Les deux derniers mois de 2

Popup
Élection membres du bureau