webleads-tracker

Actualité

1 2 3 4 5 0 vote

Crowdfunding : tout savoir avant de se lancer !

14/08/2020

Vous être créateur ou repreneur d'entreprise, ou bien entrepreneur souhaitant développer votre activité, mais vous ne voulez pas ou ne pouvez pas faire appel à un prêt bancaire classique ? Connaissez-vous le crowdfunding ou « financement participatif » ? Cette solution de financement en plein essor est peut être faite pour vous ! On vous explique tout.

Informations Coronavirus COVID-19

Pour répondre à l'urgence économique liée à la crise sanitaire, le Gouvernement met en place des aides exceptionnelles et immédiates pour soutenir les entreprises en difficulté. Le prêt garanti par l'État est un outil central de ce dispositif. Il permet aux entreprises éligibles de demander une garantie par l'État sur les prêts accordés par leurs banques.

Depuis le 8 mai 2020, il est également possible de souscrire un prêt garanti par l'État auprès d'une plateforme de prêt ayant le statut d'intermédiaire en financement participatif (IFP). Pour l'essentiel dans ce cas, ce prêt est régi par les mêmes règles que lorsqu'il est souscrit auprès d'une banque.

Pour les questions spécifiques, vous pouvez vous reporter à la foire aux questions dédiée au prêt garanti par l'État lorsqu'il est octroyé par une plateforme. Vous retrouverez l'ensemble des plateformes agréées par Bpifrance pour octroyer le PGE sur le site de financement participatif France : financeparticipative.org et de France Fintech : francefintech.org.

Qu'est-ce que le crowdfunding?

Le crowdfunding, ou « financement participatif » est né au début des années 2000 avec l'essor d'internet. Il s'agit d'un outil de financement alternatif qui ne passe pas par les circuits et outils traditionnels, notamment bancaires, mais fait appel à des ressources financières auprès des internautes afin de financer un projet, qui peut être de nature très diverse (culturel, artistique, entrepreneurial, etc.).

Cette méthode permet de récolter des fonds auprès d'un large public via des plateformes de financement participatif.

Il peut prendre la forme de dons, de prêts rémunérés ou de participations dans l'entreprise.

En France, le financement participatif est en développement constant depuis plusieurs années, passant de 167 millions d’euros collectés en 2015 à 401,7 millions d'euros en 2018.

A qui s'adresse le crowdfunding ?

Il s'adresse à tous : entreprises, particuliers, associations, collectivités, etc.

Mais il est particulièrement adapté pour les entreprises. Notamment pour les créateurs et repreneurs d'entreprises, les PME et jeunes entreprises innovantes qui peuvent rencontrer des difficultés à mobiliser les fonds nécessaires à la mise en oeuvre de leur projet via les modes de financements traditionnels.

Généralement, le financement participatif est mobilisé dans les cas suivants :

  • lorsqu'on ne veut pas ou ne peut pas faire appel à un établissement bancaire
  • lorsqu'on recherche un moyen complémentaire de financement
  • lorsqu'on souhaite tester son projet auprès du marché en se constituant une communauté de clients ou d'utilisateurs potentiels.

Crowdfunding : comment ça marche ?

Il existe trois types de financement participatif :

  • le don : avec ou sans contreparties non financières
  • le prêt : qui permet de financer des projets via des prêts gratuits ou rémunérés
  • l'investissement qui permet de financer un projet entrepreneurial via la souscription de titres de capital ou de créance, et dont la contrepartie est la participation aux éventuels bénéfices du projet.

Les différents types de crowdfunding

 

Don

Prêt

Investissement

Sous quelle forme ?

•   sans contrepartie : donations « coup de coeur »

•   avec une contrepartie symbolique : une carte postale, un t-shirt à l'effigie de l'entreprise, etc.

•   pré-ventes / pré-commandes du produit ou service pour lequel la campagne de financement a été lancée

•   sans intérêts

•   avec intérêts, sans caution ni garantie de votre part

•   en minibons

•   en capital : le financeur est rémunéré sous forme de dividendes ou de plus-values réalisées lors de la cession des titres

•   en obligations : sa rémunération prend la forme d'intérêts

•   contre royalties : sa rémunération prend la forme de commissions sur le chiffre d'affaires

Avantages

•   idéal pour tester votre marché et l'accueil du public vis-à-vis de votre produit ou du service

•   les dons perçus peuvent vous aider à consolider vos fonds propres et permettre de créer un effet de levier sur d'autres financements : prêt d'honneur, prêt bancaires, subventions, etc.

•   permet de financer des dépenses non prises en compte par les banques, comme le besoin de liquidité ou des projets d'investissements immatériels

 

À savoir :

•   le prêt a une durée maximale de 7 ans.

•   son montant est plafonné à 2 000 € par projet s'il est rémunéré, ou et à 5 000 € s'il ne l'est pas.

•   pour financer le développement d'un projet à caractère innovant ou non, ou peu prisé par les investisseurs traditionnels (promotion immobilière, ouverture de succursales, etc.), ou encore pour boucler un tour de table

•   la prise de participation peut ouvrir le droit dans certains cas à un avantage fiscal pour les investisseurs

Montant moyen des contributions

•   69 € pour les dons sans contrepartie

•   62 € pour les dons avec contrepartie

•   95 € pour les prêts non rémunérés

•   310 € pour les prêts rémunérés

•   2 368 € pour les prêts en minibons.

•   5 896 € pour les obligations

•   7 745 € pour les investissements en capital

•   357 € pour les investissements contre royalties

Montant moyen collecté par projet

Entre 3 000 et 5 000 €

entre 1 000 et 200 000 € en fonction du type de prêt

entre 40 000 et 500 000 € en fonction du type d'investissement

Source : bpifrance-creation

Crowdfunding : pour quelle plateforme opter ?

Pour utiliser le financement participatif ou crowfunding pour votre projet, il est nécessaire de vous rendre sur une plateforme en ligne dédiée à cette activité.

Avec le développement de ce mode de financement, il en existe aujourd'hui une multitude. Certaines plateformes s'intéressent à toutes les sortes de projets. D'autres sont spécialisées sur un secteur en particulier : culture, social, environnement, innovations, numérique, etc.

Pour rechercher facilement des plateformes de crowdfunding vous pouvez notamment consulter :

Crowfunding : quel encadrement ?

Afin de favoriser le développement du financement participatif dans un environnement sécurisé pour les contributeurs (donateurs, prêteurs ou investisseurs), les activités générées dans le cadre du financement participatif sont réglementées par un cadre juridique sécurisé, qui a été renforcé à plusieurs reprises au cours des dernières années.

Ainsi, toutes les plateformes de finance participative sont tenues de respecter la réglementation et les obligations correspondant aux activités exercées : collecte de fonds, conservation et gestion de fonds, appel public à l’épargne, distribution de produits financiers.

Crowdfunding : quelques conseils avant de vous lancer !

Faites le point sur votre projet et sur votre capacité à le mettre en oeuvre

  • est-ce le bon moment ?votre projet est-il assez mature ? : les financeurs apportent plus facilement leur soutien à des projets qui paraissent matures et donc concrets
  • quel est votre besoin de financement ? : cela nécessite également de déterminer les contreparties (et leur coût) que vous serez en capacité de proposer
  • êtes-vous en capacité de bien communiquer ? : une campagne de crowdfunding nécessite une vraie capacité à bien communiquer sur son projet, à capter l'attention et à convaincre les éventuels « investisseurs ». Donc ne sous estimez pas ce volet relatif à la communication
  • êtes-vous présent sur les réseaux sociaux ? : Facebook, Twitter, Instagram, etc...voici des relais qui vous seront très utiles pour relayer votre campagne d'appel au financement
  • préparez-vous à mobiliser votre réseau personnel : votre réseau personnel (amis, clients, experts, etc.) est important car il peut être mobilisé rapidement et il peut permettre d'amorcer le financement dès le début de la campagne
  • avez-vous les ressources internes nécessaires ? : une campagne de financement participatif nécessite de l'investissement en temps et en énergie.

Renseignez-vous sur la plateforme de financement

Pour recourir à ce moyen de financement d'un projet (ou à l'inverse pour participer financièrement à un projet participatif), il est nécessaire de se renseigner avant de s'engager sur règles de fonctionnement de la plateforme de crowdfunding que vous envisagez d'utiliser.

En particulier :

  • vérifiez que l’organisme concerné figure bien sur la liste des prestataires autorisés à exercer en France
  • prenez connaissance de l’ensemble des informations disponibles sur le site, qui doivent être rédigées de façon claire, complète et compréhensible avec la réglementation française.

Le financement participatif favorise également les projets écologiques avec le développement d’un label nommé le « Financement participatif pour la croissance verte ». Ce label a été créé en 2017 pour valoriser les projets qui œuvrent en faveur de la transition énergétique et écologique. Il permet de :

  • garantir la transparence des projets (concertation du public, implication des citoyens, suivi du projet sur la durée…)
  • donner les informations sur la qualité environnementale du projet.

Le cadre réglementaire en France

Une ordonnance instituant le nouveau cadre du financement participatif a été adoptée le 30 mai 2014, publiée au Journal officiel du 31 mai. Cette ordonnance « a pour objet de créer un cadre juridique adapté à ce nouveau mode de financement afin d’en assurer le développement dans des conditions juridiques sécurisées ainsi que d’offrir une protection des investisseurs ou des prêteurs ».

Elle a créé deux statuts spécifiques pour encadrer cette activité, à compter du 1er octobre 2014 : le statut d’intermédiaire en financement participatif (IFP) pour les plateformes exerçant sous le modèle du prêt ; le statut de conseiller en investissements participatifs (CIP) pour les plateformes exerçant sous le modèle de l’investissement en fonds propres.

L’ordonnance a été complétée par un décret du 16 septembre 2014, qui précise les conditions d’exercice des plateformes de financement et les montants maximums des prêts consentis pas les particuliers.

En application de la Macron du 6 août 2015, le minibon a été institué par l’ordonnance n°2016-520 du 28 avril 2016. Il s’agit d’une nouvelle catégorie de bons de caisse, proposée par les plateformes de crowdfunding à partir d’octobre 2016.

Les plafonds d’investissement et de collecte ont été révisés en octobre 2016 par le décret n°2016-1453 du 28 octobre 2016.

Popup
Apprentissage