Actualité

1 2 3 4 5 0 vote

Report du projet LGV Bordeaux-Espagne : le Pays Basque économique se mobilise d’autant plus

11/07/2013

Un report qui va peser fortement sur notre développement économique

L’annonce du report de la LGV Bordeaux-Espagne, dans le cadre du plan « investir pour la France » présenté par Jean-Marc Ayrault ce mardi 9 juillet est une mauvaise nouvelle pour l’Euro-région et donc le Pays Basque. Je regrette par ailleurs, comme les élus aquitains et les acteurs du monde économique, le découplage de la branche Bordeaux-Espagne par rapport à celle de Toulouse. En tournant le dos au réseau des transports européens, l’Aquitaine va ainsi prendre deux décennies de retard par rapport à la plupart des régions d’Europe.

 

Un plan général qui ne doit pas ralentir le programme en cours

Toutefois, cette décision ne sonne pas le coup d’arrêt du projet. En effet les études et procédures telles que les enquêtes publiques vont se poursuivre et dans le cadre du projet Grand Sud-Ouest, l’enquête publique programmée en automne aura donc bien lieu.

Il faut rappeler que ce projet est le plus avancé de tous en termes d’acquisitions foncières et bénéficie de financements européens.

 

Se donner toutes les chances de relever le défi économique au niveau de l’Euro-région

De l’autre côté de la frontière les Espagnols sont déjà prêts et la position du gouvernement français ne saurait remettre en question la priorité fixée par l’Europe dans le cadre du schéma des réseaux transeuropéens des transports. C’est pourquoi, je veux m’appuyer sur deux opportunités révélées par le plan d’investissement présenté hier :

·         D’abord, la volonté d’actualiser les priorités du plan tous les cinq ans pour « prendre en compte les nouvelles dynamiques territoriales, les contraintes techniques et de saturation du réseau existant, les possibilités de financement par l’Etat, l’Europe et les collectivités locales, et le retour à une croissance plus forte qui permettra de dégager des capacités supplémentaires pour le financement des infrastructures, avec notamment une échéance de réalisation plus courte. »

·         ensuite, la confirmation comme priorité de l’Etat du lancement fin 2015 de l’autoroute ferroviaire atlantique reliant Lille à Bayonne et son port de commerce afin de favoriser le transport combiné.

La porte n’est donc pas complètement fermée, il est nécessaire de se mobiliser plus que jamais pour continuer à faire avancer le projet entre Bordeaux et l’Espagne et démontrer sa faisabilité dans un délai plus court que celui envisagé.

 

André Garreta

Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Bayonne Pays Basque.

Popup
Soluccio