Actualité

1 2 3 4 5 0 vote

LE DRAGAGE, un moyen de lutte contre l'érosion du littoral

27/03/2013

Cadre juridique et déroulement des travaux de dragage pour le maitien des profondeurs du port de Bayonne

 

A l’occasion de la campagne de dragage en cours, la Chambre de Commerce et d’Industrie Bayonne Pays Basque rappelle le cadre juridique, ainsi que les modalités de dragage et de clapage côtier.

 

Cadre juridique

 

Depuis 2009 et dans le cadre de la délégation de service public que lui a confié la Région Aquitaine, concédant du port de Bayonne, la Chambre de Commerce et d’Industrie Bayonne Pays Basque est en charge des opérations de maintien des profondeurs du Port de Bayonne et doit répondre aux exigences de la navigation entre l’océan et les installations du Port. Le document de délégation est consultable sur le site www.bayonne-port.fr.

 

Les travaux de dragage pour le maintien des profondeurs du Port de Bayonne s’effectuent dans un cadre réglementaire défini par l’Arrêté Inter préfectoral modificatif  du 21 juin 2012 de l'Arrêté Inter préfectoral N°04/EAU/24 et qui précise :

 

·         les zones de dragage

 

·         les zones d’immersion des sédiments dragués

 

·         les volumes

 

·         les obligations de suivi et les contraintes réglementaires

 

Chaque année et conformément à cet arrêté, la CCI Bayonne Pays Basque adresse un bilan annuel des opérations de maintien des profondeurs aux services de la Police de l’eau.

 

Description des opérations de maintien des profondeurs

 

 A ce jour la CCI Bayonne Pays Basque (CCI BPB) réalise, hors période estivale (juillet/août), deux campagnes annuelles de maintien des profondeurs.

 

Précision : les travaux de maintien des profondeurs sont liés à l’état sédimentaire des zones de dragage et la CCI BPB n’est pas autorisée à faire draguer plus que nécessaire.

 

P. 1

 

Localisation des zones de dragages

 

·         A l’embouchure, les sédiments dragués sont composés exclusivement de sable, et les travaux de maintien des profondeurs concernent :

 

ü  l’entretien de la fosse de garde destinée à protéger le chenal d’accès,

 

ü  l’entretien du chenal d’accès au fleuve dont les fonds doivent être maintenus entre -11 et -12 m Côte Marine.

 

·         Dans le fleuve, les sédiments dragués sont composés en grande majorité de sédiments vaseux et les travaux de maintien des profondeurs concernent :

 

ü  l’entretien des souilles des quais.

 

ü  l’entretien de la zone d’évitage et de l’accès à St Bernard.

 


Localisation des zones d’immersion (ou clapage)

 

Le clapage désigne l’action d’ouverture des portes situées en fond du puits de drague en vue du dépôt des sédiments dans la zone d’immersion.

 

·         La zone d’immersion du large :

 

Cette zone est située au large du port de Bayonne. La drague peut y claper aussi bien les sédiments vaseux que le sable.

 

·         La zone d’immersion côtière :

 

Il s’agit de la zone située devant les plages d’Anglet. On ne peut y claper, après analyses, que le sable dragué à l’embouchure. C’est la destination du sable dès que les conditions météorologiques le permettent.

 

·         La zone d’immersion intérieure :

 

Cette zone est située devant la Capitainerie du Port de Bayonne. Elle n’est utilisée que lorsque les conditions météorologiques ne permettent pas à la drague de sortir du port. On peut y claper exclusivement des sédiments vaseux dragués dans le fleuve. Les clapages s’effectuent alors uniquement à marée descendante.

 

 

 

 

 

                                                                                                                                 P. 2

 

·         La zone de dépôt à terre :

 

Cet espace n’est actuellement pas encore aménagé, mais il pourrait accueillir jusqu’à 80 000 m3 de sable dragué à l’embouchure, dans le seul cas où les conditions météorologiques ne permettraient pas de le claper sur les plages d’Anglet.

 

Suivi des sédiments

 

Chaque année et conformément à l’Arrêté Inter préfectoral, la CCI Bayonne Pays Basque fait réaliser une campagne de qualification de la qualité des sédiments dans l’ensemble de l’estuaire.

 

Des prélèvements de sédiments sont donc réalisés en 17 points entre le pont Grenet à Bayonne et l’embouchure de l’Adour à Anglet.  

 

Les analyses de ces sédiments concernent la granulométrie, les métaux, les PCB et HAP, les organoetains, les nutriments et la bactériologie. Elles sont effectuées par un laboratoire agréé.
Le résultat de ces analyses est adressé aux services de la Police de l’eau.

 

 

 

Organisation des campagnes 

 

Les travaux de maintien des profondeurs sont réalisés au port de Bayonne par des entreprises spécialisées dans les dragages.

 

A ce jour, suite à une procédure d’appel d’offre public, c’est la Société de Dragage International (SDI) qui est en charge de la prestation de dragage à l’embouchure.

 

A chaque campagne, la CCI Bayonne Pays Basque passe une commande de travaux qui précise les volumes et les objectifs auprès de son prestataire SDI. Celui-ci répond à cette commande en mobilisant, dans le délai convenu, son moyen de dragage (c'est-à-dire le navire de son choix).

 

Sur site, un chef de chantier de la société SDI assure le lien entre la CCI BPB et le navire pour le bon déroulé des travaux.

 

Communication 

 

Depuis 2010, la CCI BPB intègre sur son site internet (www.bayonne-port.fr) des informations concernant la planification des travaux de dragages et informe ses partenaires institutionnels, en particulier la Ville d’Anglet et l’Agglomération Côte Basque Adour.

 

                                                                                                                                             P. 3

 

Les professionnels de la pêche fréquentant le fleuve et les zones de clapages sont informés régulièrement par sms des opérations en cours et la communauté portuaire reçoit des informations par courriel.

 

En 2012, la CCI BPB a participé à une exposition et à des conférences organisées par la Ville d’Anglet sur le thème de l’évolution des plages d’Anglet et les dragages.

 

 

 

Dragage du sable à l’embouchure 

 

 

 

Depuis 2010, la CCI BPB, l’Agglomération Côte Basque Adour et la Ville d’Anglet ont décidé par convention de lutter contre l’érosion des plages d’Anglet en réalisant à nouveau des clapages côtiers (c'est-à-dire au plus près de la côte) d’une partie des sables dragués dans l’embouchure de l’Adour.

 

Dans ce cadre, pour la CCI BPB l’objectif est de réaliser le plus de voyages possibles en vue de déposer le maximum de sable devant les plages d’Anglet.

 

Il appartient au capitaine du navire d’apprécier si les conditions météorologiques permettent d’approcher de la plage : avec un navire de +/-90 m de long et +/- 6,50 m de tirant d’eau en charge, il est nécessaire que la houle devant la plage soit inférieure à 1,50 m.

 

C’est pourquoi, à chaque chargement, si les conditions météorologiques le permettent, le capitaine va claper de manière prioritaire devant les plages d’Anglet le sable dragué à l’embouchure.

 

Jusqu’en juin 2012, si les conditions météorologiques ne permettaient pas d’approcher le navire en toute sécurité devant la plage, le capitaine n’avait d’autre solution que de claper les sables dragués dans la zone d’immersion du large. Or il faut savoir que ce sable clapé au large est alors définitivement « perdu » dans le sens où les courants ne le ramènent jamais devant la plage.

 

 

 

Fort de ce constat, la CCI Bayonne Pays Basque a souhaité étudier une solution alternative afin de mettre du sable à terre dans la limite de 80 000 m3 par an : c’est précisément ce que l’Arrêté Inter préfectoral modificatif  du 21 juin 2012 autorise désormais.

 

 

 

                                                                                                                                             P. 4

 

A quoi servirait ce sable mis à terre ?

 

Il est clairement affirmé que ce projet de mise à terre de sable n’est pas un projet de commercialisation, ni une source de profit liée aux dragages d’entretien du port.

 

Le souhait de la CCI BPB est de proposer ce sable à la collectivité, à prix coûtant. A ce titre, le Centre Européen de Fret de Mouguerre (émanation de collectivités territoriales intéressées par le trait de Côte), qui a des besoins en matériaux de remblai, est actuellement intéressé.

 

L’action de la CCI BPB s’inscrit dans un cadre réglementaire et la mise à terre du sable fait partie des recommandations du Groupe N° 11 du Grenelle de l’Environnement.

 

 

 

Priorité au clapage côtier

 

L'Agglomération Côte Basque Adour et la Ville d'Anglet ont décidé la reprise des clapages côtiers en 2010 et nous en ont fait la demande : nous avons immédiatement accepté. Depuis, la progression des volumes clapés dans la zone côtière montre, plus qu'un long discours, l'engagement fort de la CCI et de son prestataire de dragage qui agissent comme de réels partenaires afin d’apporter une réponse efficace, à moindre coût, au déficit de sable des plages.

 

Sur un plan pratique, en 2012 sur les 354 046 m3 de sables dragués durant les deux campagnes il a été possible de claper dans la zone côtière 210 000 m3 compte-tenu des conditions météorologiques. 134 046 m3 ont été clapés en zone d’immersion du large. Réserver 80 000 m3 de sables mis à terre tout en donnant la priorité au clapage sur les plages d'Anglet est donc tout à fait compatible.

 

L’autorisation de mise à terre récemment décrétée ne remet pas en question l’engagement de la CCI BPB en faveur du clapage côtier.

 

 

 

Quel est l’enjeu pour la CCI ?

 

La délégation de service public qui nous a été confiée par la Région Aquitaine, ainsi que notre mission au service du territoire en tant que Chambre de Commerce et d’Industrie de Bayonne Pays Basque nous donne une responsabilité dont nous avons pris la mesure.

 

La préservation de l’environnement est une démarche que nous avons intégrée dans notre fonctionnement depuis de nombreuses années. A ce titre, le port de Bayonne est le seul port français à détenir la triple certification Qualité, Environnement, Sécurité.               P. 5

 

                                                                                                                                            

 

Concernant les dragages, nous travaillons en collaboration étroite avec les institutions locales comme la Ville d’Anglet, l’Agglomération Côte Basque Adour et le Conseil Régional d’Aquitaine.

 

C’est précisément dans ce cadre que nous avons choisi de privilégier le clapage côtier afin de lutter contre l’érosion. Par ailleurs, nous nous faisons accompagner dans le suivi de ce projet par l’Observatoire de l’Adour (www.eoa-adour.fr).

 

 

 

Retrouvez toutes les infos sur la campagne de dragage en cours sur www.bayonne-port.fr

 

 

 

 

 

Contact : Service Communication – Tél : 05 59 46 59 99

 

 

 

Glossaire des termes techniques :

 

      La fosse de garde du chenal du port de Bayonne est une zone draguée à -11m, située au sud du chenal d'accès du port  afin d'éviter un dépôt rapide des sédiments dans le chenal de navigation.

 

      Le chenal d'accès est le couloir de navigation dragué entre -11 et -12 m CM dans lequel un navire acceptable au port de Bayonne disposera d'une profondeur lui permettant de progresser en toute sécurité.

 

      La cote marine, CM, est définie par rapport au zéro des cartes qui correspond au niveau théoriquement atteint par les plus basses mers astronomiques (marée de coefficient 120).

 

-11m CM signifie que le fonds est situé  11m sous le zéro des cartes.

 

      La souille d'un quai est une fosse creusée devant un quai pour que  les navires restent à flot à marée basse. Sa profondeur correspond  aux caractéristiques des navires acceptables sur le quai concerné.

 

      La zone d'évitage du port de Bayonne située dans le fleuve est une zone réservée, laissée libre de tout obstacle, pour permettre à un navire de pivoter sur lui même en s'aidant de sa propulsion et éventuellement de remorqueurs et de pousseurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P. 6

 

 

 

Popup
Élection membres du bureau