webleads-tracker

Actualité

1 2 3 4 5 0 vote

Bilan d'activité 2020 : Le port de Bayonne, solide pilier de l’économie locale pendant la crise sanitaire

25/02/2021

Communiqué de presse
Bayonne, le 25 février 2021

Bilan d'activité 2020 du port de Bayonne

 

Le port de Bayonne, solide pilier de l’économie locale pendant la crise sanitaire 

L’année 2020 s’achève sur un tonnage maritime très proche de celui de 2019 et ce, malgré un contexte particulièrement compliqué du fait de la crise sanitaire. Le port réalise ainsi un trafic de 2 265 508t (-0,8 % / 2019).

Grâce à la mise en place rapide d’un protocole sanitaire strict, les services portuaires ont su rester mobilisés au service de leurs clients. Toutes les opérations courantes ont en effet pu être maintenues pendant cette période offrant par la même occasion un précieux soutien aux entreprises utilisatrices de l’outillage public.

Ce bon résultat, en comparaison de ceux des autres ports néo-aquitains et français, s’explique en grande partie par le positionnement régional et européen du port de Bayonne ainsi que par la diversité des trafics qu’il traite. Ainsi, l’activité portuaire n’a pas eu à subir le ralentissement des échanges des grandes lignes internationales de fret, ni du transport de passagers comme ce fut souvent le cas au niveau national.

Bien au contraire, une grande partie des trafics transitant par le port de Bayonne s’est particulièrement bien maintenue, voire a augmenté. Les vracs agroalimentaires (engrais +10.5 %, maïs +16.5 %) ont été particulièrement dynamiques et représentent près de 43 % des trafics du port de Bayonne avec environ 1Mt.

A la suite de l’investissement réalisé en 2018 par la CCI Bayonne Pays Basque, gestionnaire du port pour le compte de la Région Nouvelle-Aquitaine, l’arrivée de deux nouvelles grues électriques de forte capacité a permis en 2020 au port de Bayonne de renforcer ses services aux navires en leur fournissant des outils plus performants et respectueux de l’environnement. C’est désormais la garantie de pouvoir traiter de manière très compétitive, quel que soit le terminal fréquenté, tous les conditionnements possibles (vracs, conventionnels, containers, colis lourds, etc).

Par ailleurs, il est à noter que l’activité réalisée par l’outillage public est quasi stable par rapport à l’année 2019, à 715 797t, soit 32 % de l’activité globale.

 

Modernisation, engagement multimodal et investissements

L’actualisation du schéma directeur d’aménagement du port de Bayonne, sous la Direction de la Région Nouvelle-Aquitaine, propriétaire du port, validée après concertation entre tous les acteurs du territoire, a permis de figer un axe de développement résolument ambitieux, moderne et tourné vers l’avenir sur le secteur à fort potentiel de Saint Bernard, rive droite de l’Adour. Cela permettra sans nul doute de favoriser le déploiement d’activités sur cette zone charnière, véritable interface entre la ville et le port. De même, la confirmation par la Région Nouvelle-Aquitaine du lancement des travaux de l’extension du quai Gomes sur le secteur de Blancpignon, permettra d’achever la modernisation des infrastructures d’accueil des navires en rive gauche avec la possibilité à terme d’accueillir jusqu’à trois bateaux de grande taille simultanément.

L’attractivité du port se mesure aussi grâce à sa capacité à fournir à ses clients des solutions de transport innovantes et respectueuses de l’environnement. C’est pourquoi la CCI Bayonne Pays Basque s’efforce d’élargir ses zones de chalandise en accompagnant les ouvertures de lignes ferroviaires sur des axes qu’elle juge prioritaires pour son dynamisme économique et ses clients, ce qui a été le cas en 2020 vers la Méditerranée (Marseille et Barcelone). Au même titre que le maritime, ce maillage logistique ferroviaire participe au report modal et permet de proposer de nouveaux services créateurs de valeur ajoutée et d’emplois.

Enfin, un port attractif doit susciter de manière concrète la confiance en l’avenir de ses acteurs, y compris en ces temps difficiles pour l’économie mondiale. C’est le cas de plusieurs d’entre eux qui ont des projets de développement, au premier rang desquels CELSA France, acteur historique et très important du port de Bayonne, qui a décidé de conforter son implantation en rive droite en investissant 60M€ dans la création d’un laminoir à chaud depuis le 28 janvier 2020. Cet investissement stratégique pour le groupe devrait être opérationnel au deuxième semestre 2021 et permettra de créer sur le territoire 420 emplois dont 140 directs avec pour objectif d’être le principal complexe sidérurgique du sud de l’Hexagone. De plus, la construction d’un train de laminage permettra à l’aciérie de Boucau-Tarnos d’élaborer des produits finis, ce qui accroîtra sa compétitivité et sa rentabilité avec pour incidence la hausse des volumes acheminés par la voie maritime.

 

Un niveau de trafic maintenu en 2020 malgré la crise

Malgré un contexte perturbé par la crise sanitaire et économique liée au Covid-19, le niveau de trafic s’est maintenu avec toutefois des variations significatives à la hausse comme à la baisse dans les marchandises usuelles traitées au port de Bayonne.

Maïs (+64 779t, +16,5 % / 2019)

Après deux années plus difficiles pour l’ensemble des vracs agroalimentaires car directement impactés par une météo défavorable, les exportations de maïs ont été très dynamiques et ont augmenté en 2020 de 16,49 %.

Produits pétroliers (+68 618t, +27 % / 2019)

Malgré la baisse des volumes de pétrole brut exportés, les volumes d’hydrocarbures raffinés et de bitumes ont fortement augmenté (respectivement +25 % et +85 %), profitant d’un prix d’achat favorable et de capacités de stockage disponibles au port de Bayonne.

Produits sidérurgiques (-104 187t, -13 % / 2019)

La crise sanitaire a placé brutalement à l’arrêt la majeure partie des activités industrielles et impacté principalement le secteur du BTP avec pour conséquence immédiate la suspension des grands programmes d’aménagements. La sidérurgie en a subi les effets avec un ralentissement des commandes et une fluctuation importante du cours des marchandises à l’import comme à l’export. L’aciérie CELSA est lourdement frappée avec une baisse de -90 664t ou -12 % tant sur les importations de matières premières qu’à l’exportation des produits semi finis. Le Laminoirs des Landes, en plein lancement, voit son activité de production de tôles fortes à la baisse avec des importations de brames d’acier en baisse de -13 523t ou -18 %.

Engrais solides (+45 169t, +10.5 % / 2019)

Les volumes d’engrais solides en vrac se portent bien ces dernières années, ce qui renforce la réputation de place forte du port de Bayonne pour ces trafics qui dépassent les 500Kt sur 2020, soit le meilleur résultat depuis 2017. Les volumes enregistrés représentent une augmentation de +10 % par rapport à 2019. La spéculation durant la crise sanitaire a boosté les importations durant le premier semestre de l’année. De mauvaises conditions météo en fin d’année 2020 ont reporté sur 2021 plusieurs bateaux, bridant ainsi le résultat 2020 qui aurait pu être encore meilleur !

Produits forestiers (-42 207t, -69 % / 2019)

Les produits forestiers (bois en vrac, écorces, ...) accusent un net recul par rapport à 2019 en raison notamment de la prolifération du scolyte qui a décimé une partie du massif forestier en Europe du Nord et réorientés les flux d’importation des bois en vrac alimentant principalement la filière régionale depuis le nord par voie terrestre, privant ainsi le port de Bayonne des volumes d’importation pourtant bien relancés courant 2019.

Enfin, concernant les autres marchandises, les volumes restent stables.

 

Statistiques du port de Bayonne 2020

Popup