Actualité

1 2 3 4 5 0 vote

Quelle image du chef d'entreprise avons-nous ?

09/09/2013

Il existe un fantasme collectif autour de la représentation de la fonction de chef d'entreprise de PME.

Voici quelques poncifs généralement véhiculés par les médias :

Le chef d'entreprise est forcément un homme, riche, se déplaçant au volant d'une voiture de sport, papillonnant avec grâce de cocktails mondains en restaurants gastronomiques. Travaille t-il ? On en doute un peu. Abuse t-il des autres pour s'enrichir ? Absolument. Est-il honnête ? Probablement pas. Est-il tout puissant ? Evidemment.

Au Pays Basque, 95 % des entreprises ont moins de 10 salariés , une moyenne comparable à celle de la France.
En 2012, le Pays Basque comptait 37 785 entreprises. (Sources : Le Pays Basque en chiffres - Edition 2013-2014)

Et pour la très grande majorité des chefs de ces entreprises, la réalité est tout autre.


1- Il ne faut pas confondre un chef d'entreprise (*) de PME qui est un entrepreneur (*), avec un(e) directeur (rice) salarié(e) d'une grande entreprise.

Si les fonctions de direction peuvent se ressembler, le statut est tellement différent que finalement leurs responsabilités respectives ne sont pas comparables.

Prenons pour exemple, un entrepreneur qui serait gérant(e) de SARL ou un(e) commerçant(e) :

  • L'entrepreneur a placé son argent personnel dans l'entreprise
  • Il est seul responsable de ses décisions. Il est aussi seul responsable de sa gestion vis-à-vis de toutes les instances administratives, fiscales, légales, juridiques.
  • Si il se trompe, il n'aura pas de matelas amortisseur ni de parachute. Il ne touchera pas d'assurance chômage si il perd son activité.
  • L'entrepreneur ne bénéficie pas de congés payés, ni de congés maladie, ni de suivi médical de la médecine du travail, ni d'une couverture sociale ou d'une complémentaire retraite telles celles du régime général. Si il tombe gravement malade, c'est tant pis pour lui et pour l'entreprise.

2- Pour un(e) gérant(e) de PME, l'objectif premier n'est pas de "devenir riche" mais de vivre lui (elle) et ses salariés dignement, de payer ses fournisseurs à temps, de satisfaire ses clients, de vivre de son métier honnêtement et librement.

Au quotidien, le chef d'entreprise produit, gère les risques liés au développement de son activité, anticipe les problèmes, résout ceux qu'il n'a pas su voir venir et en plus, remplace ses collaborateurs absents.

Bref, il est en charge et responsable de tout : de la satisfaction des clients, de celle de ses collaborateurs, de la trésorerie, des litiges, du choix des fournisseurs, des déclarations URSSAF, de négocier avec les banquiers, mais aussi d'être en conformité avec les nombreuses nouvelles lois sociales, sanitaires, fiscales qui s'imposent à lui à un rythme soutenu.

Son talent est de savoir anticiper, projeter son activité dans le moyen et long terme, d'innover, de construire une vision claire pour l'avenir. Ses décisions, il les prend avant tout pour garantir la pérennité de l'entreprise, de l'activité, des emplois. 

Ses journées de travail sont souvent démesurées, à l'image de celles du boulanger, de l'artisan charpentier, de la restauratrice et tant d'autres. Pour lui, travailler signifie ne pas compter son temps ni ses heures.

L'entrepreneur a besoin de données stables pour envisager d'embaucher ou d'investir. Au delà de la croissance, il a surtout besoin d'un environnement fiscal et social qui ne change pas constamment et de façon rétroactive, du soutien actif des Pouvoirs Publics et des investisseurs et de la fin des insupportables amalgames entre 'chefs d'entreprises' et 'quarterons de millionnaires'.

L'entrepreneur est celui qui créée nos emplois, soutenons le.

 

Catherine Marée - 05 59 22 73 50

c.maree@bayonne.cci.fr

(*) Les mots 'chef d'entreprise' et 'entrepreneur' sont considérés comme unisexes

Popup
Soluccio