Blog du président

Actualité

Pour un renforcement de nos pôles commerciaux

13/11/2012

La multiplication de projets commerciaux d’envergure sur la Côte Basque et le sud des Landes est démesurée. La CCI Bayonne Pays Basque a souhaité alerter les autorités, mais aussi les commerçants locaux, sur les périls d’un tel suréquipement, plus mauvais exemple national à venir.

Nous avons accueilli, au sein de notre Chambre de Commerce et d’Industrie, Pascal Madry qui exerce depuis dix ans des missions de conseil en urbanisme commercial et en stratégie de développement commercial afin qu’il ajoute  son  expertise à celle de la CCI sur la menace pesant sur le commerce local.

Plus de 200 personnes, principalement des commerçants et des élus locaux, se sont rendus à la CCI Bayonne Pays Basque le mardi 02 octobre 2012 pour assister à une conférence intitulée « Commerces et centres commerciaux au Pays Basque : quelle cohabitation ? » animée par Pascal Madry.

Cette réunion fût la première d’une série que nous avons décidé d’organiser pour nous éclairer sur les mutations qui affectent le commerce, sur les actions à mettre en œuvre pour les anticiper, sur les bonnes décisions à prendre.

Ces débats que nous ouvrons s’adressent d’abord aux commerçants qui sont en première ligne, à nous même Chambre de Commerce dont la seule vocation est d’accompagner les entreprises commerciales, mais aussi aux collectivités locales en charge des décisions liées à l’urbanisme commercial.

Deuxième employeur du Pays Basque, toutes activités confondues, avec 15% des emplois, le commerce, qui est un puissant facteur d’attractivité pour les territoires, occupe une position centrale dans le développement économique du Pays Basque, de ses villes et de ses bourgs centres.

Nous pensons que la vocation du commerce au Pays Basque n’est pas seulement de satisfaire des besoins de proximité. Nous devons renforcer sa vocation de pôle commercial de niveau régional.

C’est pour cette raison que notre Chambre de Commerce et d’Industrie soutient, depuis l’origine, l’implantation d’IKEA à Bayonne. Si nous avions perdu ce combat au profit d’une implantation d’IKEA à Irun, comme cela était envisagé, tout espoir de rayonnement commercial de notre agglomération aurait été ruiné. L’attractivité commerciale aurait franchi la frontière.

L’élargissement de notre zone de chalandise à 1,2 millions d’habitants au lieu de 350.000 aujourd’hui, aura des effets bénéfiques sur l’ensemble des activités commerciales. Elle donnera au Pays Basque et à son agglomération, un statut de destination commerciale et une dimension métropolitaine.

Cependant, avoir de l’ambition ne signifie pas accepter n’importe quoi. Dans tous les domaines, l’excès conduit à l’autodestruction. Notre Chambre de Commerce et d’Industrie lance un cri d’alarme sur les risques de suréquipement commercial qui nous menacent.

Je vous livre quelques chiffres que notre Observatoire des dynamiques commerciales vient de publier :

- les projets commerciaux nouveaux, au sein du SCOT de l’agglomération de Bayonne et du Sud des Landes, et validés en CDAC, s’élèvent à 120.000 m² soit 28% des surfaces commerciales existantes

- les projets commerciaux annoncés ou potentiels sont de 80.000 m² supplémentaires soit 19% de l’existant.

- cela signifie que les projets commerciaux validés ou en projet représentent près de la moitié des surfaces commerciales existantes.

- selon nos calculs, pour absorber cette croissance exponentielle de l’offre commerciale, il faudrait une augmentation de la population de 115.000 habitants, soit 52500 ménages. Or les prévisions du SCOT tablent sur environ 35.000 habitants supplémentaires en 2025.

Face à ces données, nous devons remettre en cause les projets de centres commerciaux qui ne répondent à aucun besoin de proximité, ne trouvent pas dans leur zone d’implantation le marché correspondant, et qui reproduisent à l’identique une offre commerciale existante à quelques kilomètres.

Devant de telles aberrations, on peut s’interroger sur les motivations qui animent certaines enseignes dans leur décision d’implantation. Je m’interroge, encore plus, sur les décisions des responsables qui détiennent le pouvoir en matière d’urbanisme commercial et qui font fi de toute logique économique.

Au-delà des projets commerciaux nouveaux dont je viens d’exprimer les limites, notre devoir est de conforter les pôles commerciaux existants. En disant cela, je pense d’abord au commerce des centres villes et des bourgs centres. C’est la stratégie de notre Chambre de Commerce et d’Industrie. Il n’y a pas de ville dynamique, pas de bourg en zone rurale sans commerce, sans animation commerciale.

Ce défi, il doit être relevé et assumé conjointement par les commerçants et leur organisation, les communes concernées et la Chambre de Commerce et d’Industrie.

Nous pensons qu’un centre ville ou un bourg centre doit fonctionner comme un centre commercial à ciel ouvert. Cela suppose plusieurs conditions que je me contenterai d’énumérer :

- cela suppose une ville accueillante et bien équipée qui suscite le désir de s’y rendre,

- une ville capable d’accueillir des commerçants et des enseignes qui attirent le consommateur,

- cela suppose aussi un grand professionnalisme des commerçants capables de répondre aux attentes des consommateurs d’aujourd’hui,

- cela exige enfin une animation commerciale permanente.

L’expérience que nous menons ensemble, au sein de l’Office de commerce de Bayonne, est un bon exemple de cette stratégie. Je pense aussi à l’action de Pays Basque au Cœur et qui concerne le Pays Basque intérieur.

Souhaitons que l’intelligence triomphe et que notre expertise mais aussi celle de nos partenaires soit reconnue afin de pérenniser et développer harmonieusement nos pôles commerciaux.

André Garreta
Président de la CCI Bayonne Pays basque

Popup
Élection membres du bureau