Actualité

1 2 3 4 5 0 vote

Revue de presse CCI Bayonne Pays Basque du 19 au 24 août 2013

28/08/2013

La planche de surf, simple polystyrène

La planche de surf constituée dans sa base par un simple «pain de mousse» en polyuréthane ou en polystyrène subit de nombreuses transformations pour arriver à l'obtention d'une planche personnalisée. La première opération consiste à «shaper» (former) une planche par ponçage : le shaper (artisan chargé de l'opération) fabrique des planches en fonction des caractéristiques personnelles de l'acheteur : taille, posture, appuis, maîtrise du surf ainsi que des vagues. La planche est ainsi créée sur mesure. La stratification constitue la deuxième opération : grâce à une fabrication composite basée sur le collage de la fibre de verre avec de la résine polyester ou époxy, la planche devient modulable et robuste. Enfin, un dernier ponçage pour effacer les défauts causés par la pose de la résine termine la dernière opération. Des shapers comme Dominique Villenave créateur de la marque NOTOX, installée à Anglet (proche d’Olatu leku, le centre d’affaires dédié aux industries de la glisse) ont décider de faire évoluer ce mode de fabrication, identique depuis cinquante ans, en y ajoutant des nouveautés techniques comme la permutation de la fibre de verre par le fibre de lin : une démarche permettant d'associer performance technique et environnementale.

Le Mag Sud Ouest – août 2013 – Cap Sciences - Alexandre MARSART

Autre article sur le sujet « Le salut par la technologie » dans Le Mag Sud Ouest - 24 août 2013 - Olivier BONNEFON

 

Il est né au cœur de l'etxe

 

Le renommé gâteau made in Pays Basque apparaît au début du XIXème siècle commercialisé pour la première fois par Marianne Hirigoyen à Cambo les bains. Pour Frédérique Marixular, directrice du Musée du gâteau basque de Sare, le gâteau basque était à l'origine, un gâteau sec constitué de céréales. Sa première fabrication a eu lieu dans «l'etxe», (la maison) dont les différentes recettes se sont perpétuées de génération en génération donnant son nom basque «etxeko biskotza» ou le gâteau de la maison. Alexandre Aubry, pâtissier au Musée dévoile les secrets de fabrication de cette pâtisserie, composée de la pâte sablée et la crème pâtissière, lors de séances d'initiations dans l'atelier de confection. Il préconise l'utilisation de «bons produits» comme le lait entier, les œufs de la ferme et la fécule de pomme de terre. La confection de la pâte obéit quant à elle à un ordre et rituel déterminé : mélange du beurre du sucre et sel, rajout des œufs, puis en dernier la farine et la levure avant de malaxer la pâte manuellement à laquelle s'ajoute le rhum (découvert par les marins basques aux Antilles) versé juste avant le montage du gâteau. La crème pâtissière ou la cerise noire constituent «la marque de fabrique» de ce gâteau ancestral.

 

Sud Ouest - 19 août 2013 – Florian Laporte

 

 

 

 

Popup
Soluccio