Actualité

1 2 3 4 5 0 vote

Une option "création d'entreprise" au bac pour stimuler l'envie d'entreprendre chez les jeunes

04/03/2013

Deux députés ont proposé de créer une option "axée sur les projets de création d'entreprise" au baccalauréat. Ils envisagent également de sensibiliser les jeunes au monde de l'entreprise dès la primaire et, après le bac, d'étendre le dispositif des pôles entrepreneuriat à tous les étudiants.

Cette idée fait partie des 30 propositions du socialiste Fabrice Verdier et de l'UMP Jean-Charles Taugourdeau, réunies dans un rapport d'évaluation sur les dispositifs d'aide à la création d'entreprise.

Voir les 30 propositions.

37% des jeunes envisagent de créer un jour une entreprise

D’après une étude Opinion Way pour le Mouvement des jeunes et les étudiants entrepreneurs (Moov Jee) de février 2013, (Enquête en ligne menée sur un échantillon représentatif de 1005 lycéens et étudiants du 14 janvier 2013 au 20 janvier 2013) les lycéens et étudiants ne sont plus que 37 % en 2012, à envisager de créer leur entreprise un jour contre 45% en 2009.

L’image de l’entrepreneur reste positive

Même s’ils ont perdu un peu de leur enthousiasme, les jeunes restent les plus mobilisés. Parmi le reste des Français, seulement 30 % disent vouloir se lancer dans l’aventure, selon une étude de l’Agence pour la création d’entreprise (APCE). Ce sont les enfants d'entrepreneurs, les lycéens de filière professionnelle et les hommes qui se montrent les plus disposés à créer ou reprendre une entreprise.

L'image de l'entrepreneur chez les jeunes demeure fortement valorisée socialement. Le chef d'entreprise est perçu avant tout comme un gestionnaire (49 % des sondés) capable de prendre des risques (41 %), passionné (39%), qui exerce un leadership (40 %) par son expertise (40 %) et qui est en charge de grandes responsabilités (pour 54 % des interviewés). Enfin il doit faire face à une charge de travail importante (43 %).

Les motivations principales de ces futurs entrepreneurs sont : la liberté de décision que le statut procure (pour 89 % des répondants en hausse de 3 points par rapport à l'an passé), le besoin de s'affirmer, de montrer son potentiel (86 %, +4 points), l'envie de faire ses propres expériences (85 %, +4 points) et le fait de sécuriser son propre emploi (78 %, + 6 points).

Mais si les jeunes ont envie de créer leur société, ils ne l’envisagent qu’à moyen, voire long terme. Seule une minorité le ferait pendant ou juste après les études. Tandis que près de 90 % d’entre eux préfèrent accumuler de l’expérience avant de se lancer 3 à 5 ans après leurs études.

Les aides à la création d’entreprise sont encore méconnues

48 % pensent qu'il est aujourd'hui très difficile de créer son entreprise, soit 6 % de plus en l'espace de quatre ans. Les causes : la crise qui persiste et qui renforce les obstacles supposés à la création d’entreprise. Principaux freins évoqués par les jeunes : la conjoncture, la prise de risque qu'elle induit et le manque de confiance du marché.

Sont également cités comme facteurs aggravant, l’apport financier de départ (pour 91% des sondés) et la méconnaissance des rouages de la création d'entreprise. En effet, les jeunes entrepreneurs redoutent surtout de ne pas trouver de financement. Se sentant obligés de passer par les banques, ils pensent que ces organismes ne leur font pas confiance. Par ailleurs, seuls 13 % lycéens et étudiants interrogés affirment avoir été informés sur les dispositifs d’aide à la création d’entreprise.

Grande nouveauté cette année, l'enquête révèle que 53% des jeunes pensent que la création d’un statut étudiant entrepreneur serait un bon coup de pouce pour franchir le cap.

Voir l'ensemble des résultats de l'enquête.

Popup
Élection membres du bureau